VIII. Jean Sorillet, deuxième

Le brusque décès de Pierre-Henri Simon le 20 septembre 1972 pose le problème de sa succession. Moins de deux mois s’écoulent ; le 3 novembre, un vote à bulletins secrets écarte le délégué, malgré l’excellent travail de fond qu’il a réalisé et confie à nouveau la direction de l’Académie à Jean Sorillet. Celui-ci, plus rond, surtout plus diplomate, suit fidèlement les orientations définies par Roger Bonniot, redonnant à l’Académie sa fonction essentielle de grand jury littéraire charentais. Son action en ce domaine se voit confortée par la fondation du prix Gustave Fort, créé par Pierre Fort en souvenir de son père. C’est aussi lui qui introduit l’idée de la « médaille de l’Académie » destinée à élargir le nombre des primés . Il tente également de promouvoir celle de « mention spéciale de l’Académie », mais la notion sera vite abandonnée comme trop proche des médailles . Au total, cette deuxième direction de Jean Sorillet atteint pleinement les buts qu’on attendait d’elle : rétablir la vocation de l’Académie sur les bases réaffirmées par Roger Bonniot et rassurer ses membres après une longue période d’hésitation