Robert Favreau pour le tome II de la collection Histoire de l’Aunis et de la Saintonge

Robert Favreau pour le tome II de la collection Histoire de l’Aunis et de la Saintonge

Grand Prix de l’Académie de Saintonge

Collection Histoire de l’Aunis et de la Saintonge, volume sur l’époque médiévale de Robert Favreau, éd. Geste.

Rapport : Alain Michaud

Robert FavreauIl était impensable que, tôt ou tard, le grand prix de notre Académie puisse échapper à la Collection Histoire de l’Aunis et de la Saintonge, lancée  par notre ancien directeur de l’Académie de Saintonge et grand mentor de l’histoire régionale Jean Glénisson qui nous a quitté il y a quelques années et dont le travail est poursuivi aujourd’hui avec rigueur et fidélité par Marc Seguin.. Jean Glénisson souhaitait remplacer l’Histoire de Massiou, publiée au début du XIXe siècle et évidemment très démodée, par une collection en 6 volumes. Sont déjà parus le tome 1″Des origines à la fin du VIe siècle aprés Jésus-Christ » sous la direction de notre collègue Louis Maurin, et le tome 3 « Le début des Temps modernes 1480-1610 », de Marc Seguin. En attendant les ouvrages sur les XVIIe,  XVIII et XIXe siècles, le volume qui parait cette année, le tome II, consacré à l’histoire médiévale, est dû à Robert Favreau : ce grand médiéviste que l’abondance de ses travaux ainsi que ses compétences d’épigraphiste distinguent comme le spécialiste incontesté de l’histoire du Moyen Age dans le Centre-ouest

Archiviste paléographe de formation, il passe sa thèse de l’Ecole des chartes en 1957, travaille pendant 11 ans  dans le cadre des Archives de France, devient directeur des Archives du Maine-et- Loir et passe une thèse de doctorat d’Etat en 1974 sur la ville de Poitiers à la fin du Moyen Age. Professeur à l’Université de Poitiers, directeur du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de 1981 à 1993, il est élu en 1991 membre correspondant de l’Institut de France (Académie des inscriptions et belles-lettres).

Robert Favreau reste fidèle au Poitou qui l’a vu naître comme l’indiquent les nombreux ouvrages qu’il a consacrés à cette région, mais aussi à l’Aunis et à la Saintonge. Ce ne sont pas moins de 40 volumes qu’il a publiés seul ou en collaboration et environ 120 articles. Il a rédigé la partie médiévale des histoires de La Rochelle, de Cognac, de Saint-Jean-d’Angély, publié des volumes de sources anglaises et rochelaises. Mais comme si l’ensemble de ses recherches n’étaient pas en elles-mêmes une raison suffisante, c’est plus particulièrement à la publication du tome II de l’Histoire de l’Aunis et de la Saintonge, somme de ses travaux sur le Moyen Age régional, que nous avons décidé de lui attribuer le grand prix de notre Académie.

Robert Favreau continue de publier. Il vient de faire paraître les registres de délibérations de la ville de Poitiers au XVe siècle ; il pense à une vie quotidienne dans les villes de l’ouest. Il ne cessera de poursuivre ses fructueuses découvertes, suivant en cela la lignée des grands bénédictins du Moyen Age et de l’Ancien Régime auquel il s’est identifié.