Hortense Dufour pour son roman « Port-des-Vents »

Hortense Dufour pour son roman « Port-des-Vents »

Grand prix 2018 de l’Académie de Saintonge

Hortense Dufour pour son roman « Port-des-Vents »

Rapport : Didier Colus

Hortense Dufour Hortense Dufour fait partie de ces auteurs qui, pour être devenus parisiens, n’en ont pas moins gardé à leurs semelles un peu de terre de la petite patrie d’origine.

Le Port-des-Vents que nous saluons aujourd’hui en est, après bien d’autres de la même plume, une éclatante illustration. On trouve là une sorte de kaléidoscope poétique, homérique presque, où, en un maelström de passions muettes et exaltées, se mêlent et s’entremêlent la vie, la mort, la menace du large et l’effroi de Maumusson, l’acharnement à survivre et à reconstruire. Le tout porté par l’immuable, l’éternel et silencieux courage des femmes, une dynastie de cinq caractères de bonne race.

Cette terre, Port-des-Barques, que je connais si bien, est ici peinte au naturel, mais un naturel vaguement surnaturel, comme hors de l’Histoire et de la marche du temps, peuplé de figures fortes et carrées (le curé Joseph Sauveur, la solide Coco, la lignée des Faucon, la sublime Angéline), mais si pleines d’humanité qu’on en ressort soi-même un peu meilleur.

Sans doute certains hommes se sentiront-ils étranges et étrangers dans l’univers ici dépeint. Beaucoup d’autres y trouveront de ces équivalents, de ces sensualités, de ces fulgurances qui troublent et émeuvent. Comme me l’a écrit notre commune amie Michelle Lallement : « Voilà une peinture audacieuse et mystérieuse d’un rude pays, un univers unique et pittoresque que sait si bien rendre Hortense avec ses mots, des mots forts, imagés, terribles et délicieux ; une société littorale âpre et souvent sans merci, que la dureté des métiers de mer a encore endurcie. ».

Mais tout cela n’est qu’apparence, la trame révèle les failles, l’écheveau ténébreux des sentiments et les inexorables destinées.

L’académie a aimé cet accouchement douloureux, ce feu d’artifice de couleurs, d’odeurs, de sons, de vase sournoise et de vent impitoyable. Cette passion, à tous les sens du terme. Notre vieille terre de Saintonge maritime, en somme…