Benjamin Caillaud, pour « Fernand Braun, photographe des Charentes »

Benjamin Caillaud, pour « Fernand Braun, photographe des Charentes »

Prix de la Ville de Royan

Benjamin Caillaud, pour « Fernand Braun, photographe des Charentes » (Presses universitaires de Rennes)

Rapport : Alain Quella-Villéger

Benjamin Caillaud Originaire de la commune de Bourcefranc-Le Chapus, Benjamin Caillaud se définit comme « historien du littoral ». S’il est lui-même photographe, en particulier du monde ostréicole et encore l’été dernier pour une exposition tenue au Château-d’Oléron, c’est comme spécialiste de l’œuvre du photographe et éditeur de cartes postales Fernand Braun (18521948), que nous le recevons aujourd’hui pour ce prix de la Ville de Royan fort justifié.

Fernand Braun (1878-1920), venu d’Angoulême, s’est installé en cette ville balnéaire en 1895 avec un atelier de « photographie artistique et industrielle » (dit sa publicité en 1920). N’a-t-il pas été, dans la lignée de Victor Billaud, l’un des inventeurs, sinon du tourisme sur la Côte d’Argent, en tout cas de son image et de son imaginaire publicitaire grâce à l’âge d’or de la carte postale notamment.

Plus de 4 000 photos d’une rare élégance, d’une juste pertinence documentariste et, aujourd’hui, d’un réel intérêt ethnographique ou esthétique, célèbrent les Charentes, et particulièrement la ‘‘Côte de Beauté » : visages, métiers, paysages, phares, rien n’y manque des pages comme des églises, des villas chics comme des écoles, épave de goélette paimpolaise échouée ou bien château de la Roche Courbon, sans oublier même l’arrière au temps de la Grande Guerre.

Benjamin Caillaud démontre sa grande érudition dans cet ouvrage universitaire essentiel, mais il faut souligner aussi son souci appréciable de toucher le grand public, comme avec l’exposition qui s’est tenue au musée de Royan en 2015. Il faut donc l’en féliciter doublement !