Événements touchant l’Académie en 2006

• La séance publique annuelle, salle Saintonge à Saintes le 2 octobre 2005, a vu la distribution du palmarès le plus conséquent de l’histoire de l’Académie : seize prix et médailles, ce qui prouve à l’envi la vitalité de la culture régionale. Un public nombreux assistait à la réunion et plus d’une trentaine d’articles de presse en ont rendu compte.

• Le 10 novembre 2005, l’Académie de Saintonge tient sa séance privée à l’établissement thermal de Saujon, à l’invitation de Jean-Claude Dubois qui en fait l’historique depuis sa création en 1859 par Eutrope-Louis Dubois, son arrière-grand-père. La réunion a pour thème majeur l’élection de deux nouveaux membres, Alain Quella-Villéger et Pierre Dumousseau.

• Le 11 février 2006, l’Académie de Saintonge tient sa séance privée dans une salle des archives de la Marine à Rochefort, à l’invitation de Marc Fardet. Ce dernier ayant choisi de tenir la réunion dans la salles des costumes, la première idée qui vint à tous les académiciens fut de trouver le meilleur uniforme qui soit pour l’Académie elle-même, ce qui ne manqua pas de bons mots et de fous-rires ! L’ordre du jour comportait deux points principaux : une première discussion sur le palmarès 2006 et l’état d’avancement du livre collectif destiné à célébrer le cinquantenaire de l’Académie. Les bonnes nouvelles de ce côté concernent surtout le financement du projet : les trois organismes approchés, Conseil général de la Charente-Maritime, Conseil régional et Office du livre en Poitou-Charentes ont décidé de soutenir cette publication.

• En avril 2006, élection de François Julien-Labruyère à la présidence du centre culturel de rencontre de l’Abbaye aux Dames, la principale association culturelle de Saintes, organisatrice entre autres du fameux festival de musique.

• Le 6 mai 2006, séance privée de l’Académie à la mairie de Saint-Jean-d’Angély, à l’invitation de Jean Combes. L’établissement définitif du palmarès constitue le point majeur de l’ordre du jour et de la discussion. En fin de séance, Jacqueline Fortin provoque la surprise en faisant goûter à tous une spécialité plus que centenaire de Saint-Jean-d’Angély : « le bois cassé ». Et on sait qu’il n’y a pas plus gourmand qu’un académicien ! Surtout lorsqu’il a le sentiment d’avoir établi un bon palmarès…