Mickael Augeron pour la direction de l’ouvrage Les huguenots et l’Atlantique et pour l’ensemble de ses recherches historiques

Mickael Augeron pour la direction de l’ouvrage Les huguenots et l’Atlantique et pour l’ensemble de ses recherches historiques

mickael-augeronRapport de Marc Seguin

Mickael AugeronNe dirait-on pas que le prix Champlain a été fondé pour mettre en évidence les travaux de Mickaël Augeron ?
Maître de conférences en histoire moderne et contemporaine, directeur des formations Patrimoine et Tourisme à l’Université de La Rochelle, Mickaël Augeron prend en quelque sorte la suite de Samuel Champlain. En compagnie de son oncle Guillaume Allène, celui-ci avait connu l’Espagne, super-puissance de son temps, traversé l’Atlantique, établi des colons en Nouvelle France. Tel est bien le domaine de cet infatigable professeur : le monde hispanique, l’Atlantique, le Canada, les huguenots marins et commerçants, sans oublier les pirates et diverses brutalités. Après une une thèse sur les Intendants et subdélégués au Mexique et en Amérique centrale aux XVIIIe et XIXe siècles, il est en train d’élargir, de renouveler nos connaissances dans le domaine maritime, et tout particulièrement à propos d’une période aussi riche que peu étudiée, le XVIe siècle. Comme il a en outre le don de fédérer les enthousiasmes, il n’a eu aucun mal à travailler en coopération avec ses collègues.

Nous avons choisi de lui décerner ce prix à propos de la sortie récente du très bel ouvrage publié par les Indes Savantes, Les huguenots et l’Atlantique (Pour Dieu, la Cause ou les Affaires). Ce tome I sera bientôt suivi d’un second, et nous n’oublions pas qu’il a été dirigé en étroite collaboration avec Didier Poton et Bertrand Van Ruymbeke. Citons aussi Champlain ou les Portes du Nouveau Monde. Cinq siècles d’échanges entre le Centre-Ouest français et l’Amérique du Nord (2004), avec le regretté Dominique Guillemet, La violence et la mer dans l’espace atlantique (2004); Sur les traces de la Nouvelle-France au Québec et en Poitou-Charentes (2008 ; Le golfe du Saint-Laurent et le Centre-Ouest français, histoire d’une relation singulière, XVIIe-XIXe siècles (2009) ; Fleuves, rivières et colonies, XVIIe-XXe siècles (2010) ; Les Etrangers dans les villes-ports. Expériences françaises et allemandes, XIV-XIXe siècles (2010). Si j’ajoute à cette énumération impressionnante une cinquantaine d’articles, la préparation d’une histoire universelle de la piraterie, un ouvrage sur les planteurs oléronnais à Cuba au XIXe siècle et un autre sur les marins huguenots au XVIe siècle, vous trouverez qu’il occupe une place très éminente parmi les chercheurs régionaux, et que nous pouvons lui dire merci pour les horizons nouveaux qu’il nous ouvre, soit par son seul travail, soit avec ses amis.