Georges Richard pour ses recherches sur les cônes

Georges Richard pour ses recherches sur les cônes

Georges-RichardRapport Didier Néraudeau

Georges RICHARD a vu le jour en 1944 en Bretagne, où est née sa passion pour les coquillages qu’il collectionnait sur les plages. Sa passion s’affirma lorsqu’après avoir été instituteur en Bretagne, il fut envoyé en 1967 en Polynésie française, pour y effectuer son service militaire, dans le contingent au Service mixte de contrôle biologique des armées.
Déposé sur une île déserte pendant quelques mois pour y mesurer l’effet des essais nucléaires sur les mollusques, il mit à profit cet exercice forcé pour approfondir ses connaissances et ses collections. Cette « Etude sur les Mollusques récifaux de Polynésie française » lui a servi de support pour préparer son diplôme de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, et ensuite sa thèse d’état en 1982 à l’Université Paris 6. Docteur diplômé en biologie marine et en malacologie (l’étude des mollusques).
Professeur d’université à La Rochelle, en 1992, puis directeur du Laboratoire de Biologie marine, au gré de ses voyages, il a rassemblé l’une des plus importantes collections de cônes du monde, comprenant près de 20 000 spécimens et 900 espèces, dont il a fait don au Muséum d’Histoire Naturelle de La Rochelle. Ses recherches ont montré le grand intérêt de ces mollusques en termes de bio-indicateurs de l’état des océans, d’une part, mais aussi en pharmacologie, leur venin (notamment les conotoxines) ayant un effet remarquable sur les centres nerveux. Georges Richard en imagine déjà tout l’intérêt que cela peut représenter pour le traitement de diverses affections neurologiques.
C’est un chercheur d’exception que notre Académie est heureuse et fière de saluer par le Prix de la Mer parrainé par l’Aquarium de La Rochelle. Qu’il me pardonne si, en écrivant ces lignes, j’ai commis quelques coquilles !