Gilles Havard, pour « L’Amérique fantôme, les aventuriers francophones du Nouveau Monde »

Gilles Havard, pour « L’Amérique fantôme, les aventuriers francophones du Nouveau Monde »

Prix Champlain

Gilles Havard, pour L’Amérique fantôme, les aventuriers francophones du Nouveau Monde (Flammarion, 2019)

Rapport : Christine de Ponchalon

Gilles Havard C’est un ouvrage que tous ceux qui se passionnent pour la conquête du Nouveau Monde devraient lire. L’histoire oubliée, occultée pourrait-on dire, d’une poignée d’hommes aventureux qui ont traversé le continent nord-américain d’est en ouest, d’un océan à l’autre. Ils étaient français. L’imaginaire canadien et américain les a appelés « coureurs des bois », bien vite oubliés et remplacés par les caravanes de pionniers sur lesquels l’Amérique a bâti les mythes de la Conquête de l’ouest.

L’un d’entre eux, le premier auquel s’attache Gilles Havard, est Étienne Brulé, explorateur des Grands lacs. Il s’embarque le 13 avril 1608, comme membre d’une expédition financée par un gentilhomme saintongeais, Pierre Dugua de Mons, détenteur d’un monopole sur la traite des pelleteries. Sur ce bateau, un autre passager nommé Samuel de Champlain !

Dans cet ouvrage, tout nous parle, les lieux, les personnages. Pendant deux siècles et demi, ces hommes courageux, parfois gibiers de potence, aux noms bien français de Charbonneau, Provost, Beauchamp, ont été les premiers à vivre avec les Amérindiens et à épouser leurs femmes. Ce livre est un remarquable ouvrage historique et un formidable roman d’aventure.