Ghislaine Pineau pour les « Soirées musicales du Val de Seugne »

Ghislaine Pineau pour les « Soirées musicales du Val de Seugne »

pinaudRapport de Jean Mesnard

Que le modeste village de Fontaines-d’Ozillac ait pu acquérir une réputation très enviable dans l’esprit des amateurs de musique est déjà surprenant, bien qu’il ait l’atout de sa belle église romane, à l’excellente acoustique. Que les « Soirées musicales » qui virent le jour en 1975, grâce au concours initial des Académies musicales de Saintes, se soient poursuivies jusqu’à maintenant, devenant ainsi presque trentenaires, est tout à fait remarquable. Que la qualité de ces concerts d’été n’ait fait que s’affirmer davantage d’année en année, attirant de brillants interprètes et même de véritables vedettes, comme en 2003 la pianiste Brigitte Engerer, et parallèlement des auditoires de plus en plus nourris, voilà qui tient de l’exploit. De ce succès, le mérite revient pour la plus grande part à Ghislaine Pineau. Ayant reçu de sa famille la passion de la musique, particulièrement du piano, et très soucieuse de la faire partager, elle s’est révélée une animatrice hors pair, non seulement par amour de l’art, mais par le sens des relations humaines. Elle a trouvé les formules pratiques grâce auxquelles a pu se créer un organisme capable de prendre en charge ces « Soirées musicales », d’abord dans le cadre du Foyer rural, puis à partir de 1995 par la mise sur pied d’une « Association culturelle du val de Seugne » dont elle assure la présidence. Mais elle sait en même temps convaincre les mécènes indispensables, et traiter dans une sorte d’esprit de complicité avec les artistes dont chacun sait que ce ne sont pas des interlocuteurs commodes, allant jusqu’à les recevoir chez elle, en maîtresse de maison accomplie. L’autorité et l’entrain avec lesquels elle conduit cette belle entreprise, donnant sans le vouloir l’impression que tout est facile, et y puisant des trésors de joie personnelle, fournissent un brillant exemple, digne d’être imité, des ressources que possède la Saintonge. Il est de la mission de notre Académie de saluer, de récompenser et, si nous le pouvons, de consacrer le grand talent que manifeste cette œuvre.