Événements touchant l’Académie en 2004

Événements touchant l’Académie en 2004

saintongeLa séance publique d’octobre 2003 se révèle un grand succès avec une salle Saintonge pleine au point que les strapontins sont pour la première fois tous utilisés ! La presse écrite et audiovisuelle s’en fait largement l’écho avec plus d’une trentaine d’articles.
Pascal Even reçoit le Prix des Mouettes décerné par le Conseil général de la Charente-Maritime pour son ouvrage : Les Hôpitaux en Aunis et Saintonge sous l Ancien Régime (novembre 2003).
Lors de la séance privée du 21 février 2004, Marie-Dominique Montel est élue au septième siège en substitution de Louis Maurin devenu membre honoraire.
Courant février 2004, sort La Charente dans la Seconde Guerre mondiale, dictionnaire historique établi par Guy Hontarrède : page 203, il y est reproduit la photo d’un très beau bas-relief sculpté en 1950 par Émile Peyronnet pour le monument aux morts de Ruelle ; il représente une jeune femme de profil, cheveux au vent, « La Charente brisant ses chaînes » ; il s’agit de Pauline Reverchon, alors conservateur du musée d’Angoulême. Voilà bien un symbole qui fait plaisir à toute l’Académie de Saintonge…
Le 26 mars 2004, conférence de Christophe Lucet à l’Institut catholique de Paris dans le cadre du colloque La Critique littéraire : qu’en attendre aujourd’hui ? sur « Pierre-Henri Simon critique : un témoin de l’homme ». Depuis l’exposition réalisée en juillet 2003 à Saint-Fort-sur-Gironde et l’hommage rendu à Pierre-Henri Simon par l’Académie de Saintonge lors de sa séance publique d’octobre 2003, l’ancien directeur de notre compagnie est de plus en plus à l’honneur. En mai 2004, deux de ses romans qui touchent particulièrement les Charentes se voient réédités : Celle qui est née un dimanche et Elsinfor (la couverture de ce dernier titre magnifiquement illustrée avec un Intérieur de chai en aquarelle peint par Michel Danglade). En juillet 2004, une nouvelle exposition le concernant est présentée à Jonzac dans le cadre de l’Université francophone d’été Saintonge-Québec, exposition clôturée par une conférence de François Julien-Labruyère.
Le 17 avril 2004, les académiciens de Saintonge reçoivent à l’abbaye aux Dames de Saintes leurs collègues de l’Académie de La Rochelle. Afin de préparer la visite de l’abbaye, deux conférences historiques leur sont dites par Alain Michaud et Marc Seguin, ainsi qu’une présentation de la vocation actuelle du site en Centre de recherche et de pratique musicales de Saintes par sa directrice, Odile Pradem-Faure. C’est aussi l’occasion pour tous les académiciens de Saintonge d’offrir en un clin d’oeil amical à Jean Flouret, également président de l’Académie de La Rochelle, une médaille célébrant le « prix de l’excellent collègue ». Une séance privée suit cette réception au cours de laquelle le palmarès 2004 est établi.
Quatre cartons d’archives personnelles de Marie de Butlar (1° siège de l’Académie de 1961 à 1988) sont en train d’être dépouillés par Henriette Boissinot de la Saintonge littéraire, l’association présidée par Jean-Claude Dubois.