Jean-Philippe Beaulieu pour sa découverte d’une nouvelle planète

Rapport de Nicole Bertin

Chargé de recherche du CNRS à l¹Institut d¹astrophysique de Paris, directeur du projet « Planet » depuis 2002 qui regroupe plus d¹une trentaine de chercheurs, Jean Philippe Beaulieu – qui n¹est autre que le fils de Françoise et Jean-Claude Beaulieu, député de Jonzac – fait rêver tous ceux qui regardent le ciel.

En effet, voici quelques mois, dans la célèbre revue Nature, ont été publiés les résultats d¹une étude étonnante dont il est le premier auteur : une planète ressemblant à la terre a été détectée hors du système solaire, près d¹une naine rouge d¹environ un cinquième de la masse du Soleil. Certes, elle est très éloignée de nous et il serait impossible d¹y vivre car il y fait très froid en surface et la glace la recouvre. Mais elle est constituée de roches et possède un cœur qui rayonne de l¹énergie.

Il pourrait donc y avoir de l¹eau sous sa banquise. S¹y trouve-t-il une forme de vie, des bactéries par exemple ? De nombreuses questions sont posées. Pour l¹instant, elle s¹appelle Ogle-2005-BLG-390Lb. «Nous avons quelques idées sur sa composition» souligne l¹astrophysicien qui estime, par ailleurs, que d¹autres planètes comme celles-ci peuvent être localisées dans l¹univers. Un jour, il s¹en trouvera peut-être une qui offrira une température assez clémente pour attirer les habitants de la terre. La seule difficulté sera alors de s¹y rendre !

Jean-Philippe Beaulieu est intarissable sur le sujet. Depuis que son père lui a fabriqué sa première lunette, il est devenu un fidèle observateur du ciel. Lors d¹une conférence à l¹université d¹été de Jonzac, en juillet dernier, il a présenté devant un public nombreux la synthèse de cette formidable aventure. Aujourd’hui, dans le cadre du projet Holmes que finance l¹Agence Nationale de la Recherche, il poursuit sa « quête » et espère bien trouver une parente à Ogle-2005-BLG-390Lb qui gravitera, elle aussi, autour d¹une naine rouge. En unissant leurs moyens et leurs télescopes, les astrophysiciens savent bien qu’ils iront encore plus loin dans la connaissance du vaste univers, «l¹infiniment grand» que Pascal pressentait à sa juste dimension.
Bonne chance dans vos travaux, Jean Philippe Beaulieu, et que cette première cousine de la terre ait une nombreuse lignée. Notre humanité, qui serait menacée d¹une sixième extinction, comme le souligne Hubert Reeves, risque d’en avoir bien besoin …