Recomended Posts

Leave a Reply

Nom : Martin-Civat
Prénom : Pierre
Membre depuis : 1959-1983
Erudit local (Cognac 1901 - id. 1983). Après des études de lettres à l'université de Poitiers, il entre dans la carrière professorale et est successivement professeur d'histoire et de géographie à Mauriac, La Rochefoucauld, SaintYrieix, La Châtre, Embrun, Le Blanc, et enfin au collège de Cognac en 1946 jusqu'à sa retraite en 1965. Historien local, outre de nombreux articles publiés dans divers journaux et revues, Pierre Martin-Civat a consacré plusieurs ouvrages à Cognac et à sa région, notamment Cognac des origines à 1789 - Institutions et monuments (1924), Le Très Simple Secret de Mélusine, mythique aïeule des Lusignan (1969), thèse de doctorat ès lettres soutenue à la Sorbonne en 1968, Cognac et le Cognaçais pittoresque (1972), Histoire de Cognac et des Cognaçais des origines à nos jours (tome I, 1980, tome II [posthume], 1992). Il a publié sur Embrun, ville dont il était citoyen d'honneur, un petit volume attachant, Histoire d'Embrun, métropole des Alpes cottiennes (1926). Parmi ses principales monographies, signalons tout particulièrement son Saint-Martin de Cognac et ses souvenirs (1953), Sires et «Princes.» de Cognac (1961), Saint-Même-les-Carrières et ses pages oubliées (1965), Saint-Léger de Cognac (1968), Le Château royal de Cognac (1972), Aux Confins de la Saintonge et d'Angoumois, Gensac, La Pallue et Roissac (1977). On doit encore à P. MartinCivat un roman historique inédit, Le Roi de papier, ayant pour thème l'enfant du Temple Louis XVII, et un recueil de poèmes de province, Sépias et pastels (1966). En 1956, P. Martin-Civat fonde l'Institut d'histoire et d'archéologie de Cognac et du Cognaçais, qui publie un bulletin annuel et des Mémoires. Pendant douze. ans, il est conservateur adjoint de la bibliothèque municipale de Cognac. Dès 1943, il avait été nommé correspondant de la commission des Monuments historiques pour le département de la Charente. Trois fois lauréat de l'Académie française (en 1965, 1972 et 1977), il est également membre des académies de Saintonge (élu au quinzième siège en 1959, puis son directeur de 1961 à 1963), d'Angoumois, berrichonne et delphinale (d'après la notice établie par Alain Lange). Membre de l'Académie de 1959 à 1983.