Recomended Posts

Leave a Reply

Nom : Fortin
Prénom : Jacqueline
Membre depuis : 2000-
Siège : 15e
Un des grands noms de la tradition ethnographique charentaise (Matha 1933 - ). Professeur à Saint-Jean-d'Angély, elle s'attache à l'étude des moeurs et coutumes de sa région. Présidente très active de la section de Charente-Maritime de l'association des Maisons paysannes de France, elle se bat contre la défiguration du paysage et le respect des maisons traditionnelles charentaises. Elle défend également avec ardeur tout„ un patrimoine de lavoirs, puits, fours et autres pigeonniers. Ses publications sont nombreuses en ce domaine du patrimoine rural, de même que ses récits patois, écrits ou dits sous le châfre de Mère Élodie. Elle est aussi l'auteur en collaboration de plusieurs ouvrages collectifs, dont La CharenteMaritime autrefois (avec Jean Combes, Horvath, 1990), Notre École au bon vieux temps (avec le même, Horvath, 1995) et Vigne et cognac en pays charentais (Geste, 1995). Sa notoriété et son militantisme sont reconnus en 1984 lorsqu'elle devient présidente de la plus importante société savante du CentreOuest, la SEFCO, dont elle secoue la torpeur et à qui elle rend sa place éminente. Le changement de nom qu'elle lui impose (de *études folkloriques» à *ethnographie et folklore») est caractéristique de son action d'élargissement des intérêts de la SEFCO et de rajeunissement de ses manifestations (notamment vers un patois à la fois souriant et savant, autrement dit vivant, avec la parution d'un excellent Glossaire (trois tomes parus entre 1992 et 1994) et l'organisation de nombreux colloques et de festivals de théâtre patoisant. Elle dote la SEFCO d'un siège de tradition paysanne, la Maison de Jeannette (du nom d'une agricultrice, Jeanne Vallet, qui menait sa vache à la longe aux confins de Saint-Jean et de Terrant). Jacqueline Fortin est membre de l'Académie de Saintonge depuis 2000 (d'après la notice établie par Pierre Lavallée).