Dominique Audet-Perrier pour Les premiers pas du chemin de fer en Charentes, Mythe et Réalité, 1836 – 1883

Rapport de Jean Mesnard

 

L’essor contemporain des recherches sur l’histoire des techniques et des entreprises trouve une excellente illustration dans le livre de Dominique Audet-Perrier sur les Débuts des chemins de fer en Charentes. L’un des grands attraits de ce livre vient de ce qu’il est le fruit d’une double passion, d’abord pour le XIXe siècle, avec toutes les nouveautés qu’il a introduites dans l’existence humaine – dont le chemin de fer – puis pour le pays charentais, surtout, bien entendu, celui qui reconnaît Angoulême pour centre, mais avec un prolongement nécessaire du côté de la Charente-Maritime, par Barbezieux, Châteauneuf et Cognac, jusqu’à Rochefort et La Rochelle. Vivifié par cet élément personnel, l’ouvrage s’impose par sa qualité scientifique. Le sujet était neuf et il est du plus haut intérêt. L’auteur a le souci de l’envisager dans toute son extension. L’aventure régionale de la création de la Compagnie des Charentes devient exemplaire de la lutte que se sont livrées, en diverses provinces, les grandes compagnies, en l’occurrence celle du PO, la Paris-Orléans, et les petites, dans lesquelles les notabilités locales ont placé de grands espoirs; lutte inégale, et qui prit fin avec le rachat de la petite compagnie par l’État. D’un autre côté, l’aspect régional du sujet est traité d’une manière très diversifiée; l’économie, les finances, la technologie, la société et même l’imaginaire des hommes sont également concernés: il y a un «mythe» du chemin de fer dans les Charentes du XIXe siècle. Chacune de ces faces du sujet est abordée avec la documentation requise, presque entièrement inédite et remarquablement maîtrisée. Cet ouvrage mérite amplement d’être couronné par notre Académie.