Bernard Tastet pour Chaillevette et les côtes de Saintonge, Portus Santonum, les fortunes du sel et l’arsenal du Ponant (Croît vif, 1998)

Rapport de Jacques Daniel

 

Bernard Tastet, présenter votre livre en deux minutes est une gageure… Nouvel historien, enfant de Chaillevette revenu à Chaillevette, vous avez voulu retrouver son histoire et vous lui avez donné un passé. Simultanément, vous avez surpris avec des vues nouvelles sur son environnement, sur l’histoire de la Seudre maritime. Vos recherches nous ont fait nous rencontrer. J’ai tout de suite apprécié le sérieux et la rigueur de votre travail. Votre personnalité et vos fonctions de responsabilité vous y prédisposaient, mais vous aviez aussi la perspicacité, la patience et, disons-le, la passion du chercheur. Qui connaissait Chaillevette et Chatressac ? Les noms, oui. Quelques souvenirs de lectures, Paterre, Chassagne, le mythique château de Beauregard, pour quelques-uns… Deux chenaux avec des cabanes ostréicoles, points de repère en remontant la Seudre, pour d’autres… Des villages inconnus pour beaucoup. Moi-même, votre voisin de L’Éguille, je vous dois de me les avoir fait découvrir. Et pourtant vous apprendrez à bien des lecteurs que notre belle et paisible Seudre aurait pu devenir une zone portuaire et industrielle, un Rochefort avant Rochefort, qui ne serait pas si la visite du chenal de Chatressac par l’amiral de Beaufort en 1622 avait eu la suite qu’il souhaitait. De votre livre, tous les sujets traités sont à citer. Je dois faire un choix. Je mentionnerai seulement votre très intéressant chapitre sur le Portus Santonum, remarquable analyse des hypothèses les plus récentes et les plus sérieuses, et les cent pages sur le château de Beauregard, modèle d’enquête historique, terminée par une conclusion séduisante et raisonnée, la survie de sa façade à Marennes. Le temps manque pour en dire plus, mais le succès remporté par votre livre suffit à en prouver l’intérêt.