Caroline Montel-Glénisson pour ses deux livres sur Champlain

Caroline Montel-Glénisson pour ses deux livres sur Champlain

champlainPrésentation Jean Combes

Caroline Montel-Glénisson appartient à une famille de Saujon. Son père fut, après la Seconde Guerre mondiale, un brillant critique littéraire trop tôt disparu. Docteur en histoire de l’université de Paris III, Caroline Montel-Glénisson enseigne à l’université de New-York, dont elle dirige l’antenne parisienne. Elle est désormais reconnue comme l’une des meilleures spécialistes du XVIIe siècle. Elle a publié de nombreux ouvrages consacrés à l’histoire du Canada et a par ailleurs été commissaire d’expositions de grande qualité sur l’histoire de l’Amérique du Nord au XVIIe siècle.
Caroline Montel-Glénisson vient de publier, aux éditions du Nouveau Monde, deux ouvrages consacrés à Samuel Champlain. L’un de ces livres, Champlain au Canada. Les aventures d’un gentilhomme explorateur, a été conçu et rédigé pour de jeunes lecteurs. Guillaume et sa femme Guillemette, premiers habitants français du Canada, racontent leur vie quotidienne dans la petite ville de Québec aux côtés de Champlain. L’auteur parvient à mettre en scène avec un exceptionnel talent de conteur la vie de Champlain. Ce livre d’aventures est une remarquable propédeutique pour une découverte plus scientifique de la vie de Champlain que l’on peut effectuer dans le deuxième ouvrage de Caroline Montel-Glénisson, Champlain, la découverte du Canada, destiné à tous les lecteurs, jeunes ou moins jeunes, passionnés d’histoire.
Pour mieux saisir cet homme à la personnalité complexe, Caroline Montel-Glénisson a su solliciter différents auteurs qui retracent la même aventure : notamment Marc Lescarbot, avocat et érudit parisien, auteur d’une Histoire de la Nouvelle-France éditée en 1609, Gabriel Sagard, moine récollet qui a publié en 1632 un Grand Voyage au pays des Hurons. Il en ressort une vision plus nuancée de Champlain et de son action. Toutefois, alors qu’on s’apprête à fêter en 2008, le 400e anniversaire de la fondation de Québec par Samuel Champlain, l’explorateur saintongeais reste encore un quasi-inconnu. Malgré toutes ses publications, l’homme a su rester discret, vertu éminemment saintongeaise !… Sa vie privée est peu connue. On ignore la date exacte de sa naissance et son lieu de sépulture. Nous savons peu de choses de ses relations conjugales avec sa jeune femme de douze ans qu’il épousa à la quarantaine. Je ne doute pas que Caroline Montel-Glénisson poursuive ses recherches et parvienne au cours de ces prochaines années à percer les mystères de la vie intime de ce Saintongeais d’exception que fut Samuel Champlain.